Oscars : Spike Lee a rendu un vibrant hommage à Kobe Bryant, oscarisé en 2018 pour un court-métrage

Comme à la cérémonie de la 73ème cérémonie des Baftas British Awards, Joaquin Phoenix a de nouveau profité de sa nouvelle distinction pour fustiger l’industrie du Cinéma peu regardante sur la qualité des acteurs, techniciens, réalisateurs ou production des minorités au cinéma.

Le Dolby Theatre su le Boulevard The Walk of Fame à Hollywood – Lieu de la cérémonie des Oscars

Ce dimanche 9 février 2020, l’acteur d’origine porto ricaine a été récompensé de l’Oscar du meilleur acteur pour sa performance dans le film Joker du réalisateur Todd Phillips. Il également ,entre autres, rendu un vibrant hommage à son frère disparu River Phoenix. Et la soirée s’est poursuivi avec les souvenirs d’acteurs décédés trop tôt comme Kobe Bryant et sa fille Gianna, morts dans une crash d’hélicoptère avec 7 autres partenaires sportifs.

Spike Lee en Kobe Bryant

Comme le veut la tradition, la remise des Oscars permet également d’honorer la mémoire de tous disparus qui ont participé aux activités cinématographiques durant l’année précédente ou en cours. Lors de la séquence d’hommages, In Memoriam, Spike Lee, prochain président du Jury au Festival de Cannes, a quant à lui, parlé du Basketteur Kobe Bryant, mort il y a une semaine dans un crash de son propre hélicoptère. Basketteur, il faisait aussi partie du monde du cinéma hollywoodien. En mars 2018, le quintuple champion NBA recevait l’Oscar du meilleur court-métrage d’animation pour Dear Baskett. Un court film dans lequel il se mettait en scène en racontant son amour pour sa discipline.

Mais cette traditionnelle séquence d’hommages a laissé plus d’un sur leur fin, reprochant à l’Académie de n’avoir pas pensé à d’autres célèbres comédiens du cinéma américains. Ainsi, dans un Tweet Brad Pitt comme beaucoup d’internautes, se désolent que le nom de l’acteur Luke Perry, mort d’un AVC en mars 2019, n’est pas été mentionné ni celui de Cameron Boyce. Mort en juillet dernier à l’age de 20 ans, l’acteur s’était fait connaître sur la chaîne Disney.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
ImagesNew York Post/Yahoo/C’news Actus Dothy Hollywood Pics

Spike Lee sera le premier président noir du Jury du Festival de Cannes 2020

Une première pour le prestigieux Festival de Cannes et pour le cinéaste qui se dit fier d’être le premier Noir a avoir une telle responsabilité dans l’un des plus grands Festivals de cinéma au monde.

Invité au 71ème Festival de Cannes en 2018, il remportait la même année le Grand Prix du Festival pour « BlacKkKlansman » dédiant son film « à la République populaire de Brooklyn », son quartier à New-York. Un retour en France sous le signe du succès après son absence du Festival de Cannes pendant 27 ans.

Pour le 73ème Festival de Cannes qui aura lieu du 12 au 23 mai prochain, le réalisateur afro-américain, auteur de « Nola Darling n’en fait qu’à sa tête », sera le président du Jury du Festival du plus grand Cinéma au monde.

Après Ava Duvernay, Khadja Nin, Maïmouna N’Diaye ou Will Smith membres du Jury des précédentes éditions, c’est la première fois qu’un afro-américain occupe cette position de leader.

Spike Lee remplace à la même tâche le cinéaste mexicain Alejando Iñarritu.

« Quand on m’a appelé pour devenir président du Jury de Cannes en 2020, je n’en suis pas revenu, j’étais à la fois heureux, surpris et fier » a déclaré Spike Lee sur le site du Festival de Cannes. Il s’est dit « honoré d’être la première personne de la diaspora africaine » aux Etats-Unis à assurer cette fonction.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy

Mo Abudu crée EbonyLife Films, soutient et finance les premières réalisations d’acteurs et d’actrices

Il faut désormais compter avec la plate forme EbonyLife Films qui ouvre la porte des studios de réalisation à de nombreux comédiens et comédiennes d’origine panafricaine.  Faire ses premiers pas dans la réalisation cinématographiques n’est pas simple, presqu’un parcours du combattant, tant les étapes sont longues et tortueuses. Aujourd’hui, c’est à un des visages du cinéma Nollywood, que la chance sourit. Funke Akindele-Bello dit Jenifa était jusque là une actrice et scénariste nigérianne.

Funke Akindele-Bello dit Jenifa

Cette star du cinéma de Nollywood, (deuxième puissance cinématographique au monde), Funke Akindele-Bello dit Jenifa a réalisé «Your Excellency». Son premier film à gros budget vient d’être dévoilé, il sera disponible sur la plate forme à partir du 13 décembre 2019.  Mo Abudu, la PDG d’EbonyLife Films s’est s’intéressée de près à  la comédienne, scénariste, productrice et actrice  Funke Akindele Bello. Elle lui a permis de réaliser son premier grand film  «Your Excellency».

Tout est possible, telle serait la devise de Mo Abudu, la première femme africaine a dirigé une chaîne de télévision panafricaine. Une plate forme devenue depuis quatre ans, la championne du box-office de fin d’année. En décembre prochain, Ebony Life Films diffusera la comédie de Funke Akindele Bello, «Votre Excellence».

Un pari risqué pour Mo Abudu? Pas si sûr car la business woman n’est pas à sa première expérience.

Mo Abudu fondatrice de EbonyLife Films

Avec «Your Excellency» (Votre Excellence), Funke Akindele-Bello sur laquelle elle mise, rejoint une classe prometteuse de stars du cinéma nigérian qui se tournent vers la réalisation. Comme l’actrice nigériane Omoni Oboli qui tourne ses propres films, Genevieve Nnaji a dirigé Lionheart, qu’elle a présenté en avant-première au Festival international du film de Toronto (TIFF) ou  Ramsey Tokunbo Nouah Junior qui remporte l’Africa Movie Academy Awards du meilleur acteur en 2010.

Jenifa, Funke Akindele-Bello a été l’une des stars de cinéma les plus rentables et les plus durables du cinéma africain. Funke Akindele-Bello, mère de jumeaux évolue tant dans le cinéma, à la télévision et voire même le théâtre. Alors inconnue, l’actrice nigérianne, Funke Akindele-Bello a joué dans I Need to Know. Le spectacle parrainé par le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), se déroule dans l’école secondaire de l’Université de Lagos, il a connu un succès retentissant pendant quatre ans.

«Your Excellency» raconte l’histoire du chef Olalekan Ajadi, homme d’affaires milliardaire et candidat à la présidentielle raté, obsédé par DONALD TRUMP.

En 2014, Mo Abudu la créatrice  d’EbonyLife Films a produit «The wedding Party ».  Le film réalisé par Kemi Adetiba, a été selon les médias africains, le plus rentable de l’histoire de Nollywood, faisant plus d’entrées au Nigéria qu’une production américaine. La chaîne est diffusée depuis le 1er juillet 2013 dans 49 pays africains sur le bouquet DSTV, Channel 165.  Avant de se lancer dans l’Entertainment, Mo Abudu (Mosunmola Abudu), née à Londres est rentrée au Nigeria à l’âge de 7 ans et s’est lancée dans la production télévisuelle en 2006.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Facebook/PulseNg/AfricanShapers

The Last Black Man in San Francisco, les tragédies urbaines de deux jeunes afro-américains

The Last Black Man in San Francisco a été réalisé par Joe Talbot et présenté au Sundance Film Festival 2019. Il met en scène, Jimmie Fails, Jonathan Majors, Danny Glover, Tichina Arnold, Rob Morgan, Mike Epps et Finn Wittrock.

Cinéma Ritzy à Brixton

The Last Black Man in San Francisco est une belle, effrayante et tragique image du cauchemar urbain à laquelle doivent faire face ceux qui en subissent les effets. Jimmie Fails est obsédé par une maison du quartier Filmore de San Francisco, construite par son grand-père en 1946. Il a le sentiment que c’est peut-être le dernier endroit où il se souvient d’avoir été vraiment heureux.

Sa mère a déménagé à Los Angeles, tandis que son père vit seul et plein de ressentiments dans un petit appartement.

Co-écrit avec son ami d’enfance Joe talbot, Jimmie Fails joue Jimmie dans le long métrage en s’inspirant partiellement de sa propre vie.

Joe Talbot a reçu le prix du meilleur réalisateur pour ce long métrage de deux heures au Sundance Festival 2019.

The Last Black Man in San Francisco récompensé aux USA au Sundance Festival 2019

« Jimmie » est un jeune homme vivant dans la région de la baie de San Francisco. Il passe son temps à errer en ville avec son meilleur ami Montgomery « Mont » Allen.

Les deux hommes se rendent dans une maison victorienne classique du quartier Fillmore de la ville, dans laquelle Jimmie a grandie et qui a été construite par son grand-père en 1946. Dans cette demeure où s’installent les deux copains, vit un couple de personnes âgées.

La maison victorienne où Jimmie a grandi

Un soir, avec l’accord de Jimmie, Mont invite Kofi, son ami d’enfance dans la maison où la propriétaire vient de disparaître. Mais la situation entre les trois hommes changent quand, le lendemain, Kofi interpelle et blesse méchamment Jimmie. Selon les ragots de Mont, le père de Jimmie serait un mâle dominant à l’allure féminine, un homosexuel.

Quelques jours plus tard, Mont se fait assassiner et dans le même temps tous les bagages de Jimmie sont jetés à la rue. Le pauvre Jimmie déboussolé découvre également que cette maison où il a grandi n’a pas été construite par son grand-père mais beaucoup plu tôt en 1850.

Jimmie se sent trahi de tous côtés.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy

Tyler Perry inaugure le 1er et plus grand studio appartenant à un afro-américain

Ce samedi, l’américain Tyler Perry rentre dans la légende, il sera le propriétaire du premier studio entièrement financé par un afro-américain. Un exploit pour Tyler Perry qui, il y a plus de 20 ans vivait dans sa voiture. Ce studio de 250 millions de dollars serait le seul grand studio de cinéma des Etats-Unis appartenant à un afro-américain.

Une semaine qui a commencée sous de beaux auspices. Plus tôt, en présence d’Idris Elba et de Kerry Washington, le comédien de 50 ans recevait son étoile sur le Walk of Fame d’Hollywood.

Tyler Perry, acteur, réalisateur, dramaturge et scénariste inaugure son studio ce samedi : Tyler Perry Studio à Atlanta dans l’Etat de Géorgie, sans le soutien d’une « entité extérieure », précise l’intéressé. Selon la presse outre Atlantique, ce sera le premier Noir aux USA a avoir ses propres studios de tournage. Environ 800 invités sont attendus pour ce lancement comme l’acteur Denzel Washington, Samuel L. Jackson ou Oprah Winfrey.

Ironie du sort, les locaux qui abritent Tyler Perry Studio sont érigés sur une ancienne base militaire de confédérés, la base de l’armée de Fort McPherson. Fondé en 1885 le Fort porte le nom du major-général James McPherson, l’officier le plus haut gradé de l’Union tué au cours de la guerre de Sécession. Durant la guerre de sécession, «il y avait des soldats confédérés sur cette base, qui planifiaient et prévoyaient comment maintenir 3,9 millions de Nègres en esclavage, et maintenant cette terre appartient à un Noir,» a déclaré Tyle Perry en juin dernier. Le 23 juin, il recevait  le prix Ultimate Icon aux BET Awards.

Plusieurs salles du studio portent les noms de personnalités qui ont inspirés l’acteur dans son parcours cinématographique. Douze salles ont le nom d’acteurs ou de cinéastes noirs tels Will Smith, John Singleton, Della Reese, Sidney Poitier, Denzel Washington, Woopie Goldberg et Oprah Winfrey. «Je rends hommage aux personnes qui m’ont inspirées et qui ont tracées la voie pour que je sois ici», a confié Tyler Perry au Los Angeles Times.

Tyler Perry prévoit également un théâtre pouvant accueillir jusqu’à 3 000 sièges pour des concerts et autres événements et un centre d’aide aux victimes de traite des êtres humains.

La soirée organisée à Los Angeles ce samedi 5 octobre 2019, lancera officiellement le Tyler Perry Studio. Mais en réalité, l’acteur propose ses services depuis deux ans déjà. Le film à succès, de Marvel  «Black Panther» a été tourné dans ce studio et également «Rampage» en 2018.

Les médias américains annoncent pour ce samedi soir, un gala exceptionnel en cravate noire.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Shadow and act/Ajc.com/GuiftodayNJC

Kadhy Touré, meilleure actrice féminine 2019 pour la Côte d’Ivoire

Kadhy Touré, née à Bouaké, une ville du centre de la Côte d’ivoire, est élue meilleure actrice féminine 2019.

De son vrai nom Kadidjata Touré, Kadhy Touré est non seulement comédienne mais l’ivoirienne est aussi productrice et scénariste.


Sa carrière débute en 2008 avec le film « Le Fruit non mûr », elle est Nafir dans la production ivoiro-nigériane.

Puis, elle écrit le scénario du film « l’Interprète », un énorme succès qui la fera connaître du grand public. Dans ce film réalisé par Olivier Koné et sélectionné au Fespaco et au Festival du Film Francophone d’Angoulême 2017, Kadhy Touré  incarne le premier rôle.

Aujourd’hui, l’actrice est élue meilleure actrice 2019 pour la Côte-d’Ivoire.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


Images Life/Facebook

Les soeurs Bailey, stars protégées de Beyoncé, influenceuses, chanteuses et actrices

Chloé and Halle sont les petites protégées de Beyoncé, elles ont eu la bonne idée en septembre 2013 de proposer des reprises des chansons de Beyoncé, Alicia Keys, Rihanna, John Legend ou encore Miley Cyrus.


Après quelques clips vidéos, les sœurs Bailey (nées en 1998 et en 2000) se sont lancées le défi d’éditer des EP en cascade qui ont fait leur réputation sous le haut patronnage de la chanteuse afro-américaine, Beyoncé.

Elles intègrent rapidement le Label Parkwood Entertainment créé par l’épouse de Jay Z.

Mieux encore, lors de la tournée européenne de la Formation World Tour de Beyoncé en 2016, Chloe x Halle ont tout simplement fait la première partie des concerts de la star.

Les soeurs Bailey ont prêté leurs voix à des campagnes pour la paix (ONU), pour l’éducation des filles dans le monde (initiée par Michelle Obama) ou sur des bandes sonores de films (Netflix).

Leur voix mais aussi leur beauté naturelle ont propulsé les très jeunes filles dans le monde de l’industrie télévisée, on leur doit des apparitions dans l’émission télévisée Grown-ish inspirée de la vie des collèges aux Etats-Unis.

Récemment, Disney Studio a annoncé (juillet 2019), avoir choisi Halle pour incarner Ariel dans l’adaptation film de La Petite Sirène. Un rôle qui a depuis suscité de violentes réactions hostiles chez certains puristes de « La petite Sirène »

Comme les adolescentes de leur âge, les deux sœurs jouent beaucoup de leur sex-appeal et de la tendance streetwear du moment. Elles accordent également leur look avec de longues tresses et des tenues inspirées de la culture pop ce qui les propulsent en couverture des magazines de mode comme ELLE, Teen Vogue ou de Paper, un magazine new yorkais.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


Images Facebook/Hollywood reporter/YouTube/Essence/ Chloé x Halle

Janet Mock, première femme transgenre à décrocher un énorme contrat avec un studio de production

Janet Mock, la directrice de la série télévisée « Pose » a signé un accord historique avec la plateforme de contenu en ligne Netflix pour plusieurs nouveaux projets.

Janet Mock est la première femme transgenre à décrocher un marché donnant le contrôle de sa créativité à une importante société de production.

Selon le magazine de américain, Variety, la réalisatrice, productrice et scénariste a signé un contrat de trois ans d’une valeur de plusieurs millions de dollars. Elle accorde à Netflix les droits exclusifs non seulement sur sa série télévisée, mais également pour des projets de longs métrages.

Les épisodes de la série à succès Pose, se déroulent dans le New York de 1987 où les marginaux ont leur propre terrain de liberté et fantasmes. Ils se donnent rendez-vous dans des shows. Dans ces maisons dirigées par des Mothers, hommes et femmes s’affrontent lors de défilés thématiques entre victoire, reconnaissance, beauté et démesure.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy Imagesbust.com/GayStar news

Horreur : Le nouveau Candyman ou la vraie histoire d’un esclave torturé devenu un monstre

Jordan Peel, oscar du meilleur scénario original pour Get Out en 2017, est en train de produire un nouveau film Candyman. Pour ce long métrage, le scénariste, producteur américain a choisi Yahya Abdul-Mateen II comme nouveau Candyman.

Candyman est basé sur le scénario de Clive Barker. Le film de 1992 mettait en vedette Tony Todd dans le rôle de Candyman, un ancien esclave lynché pour une relation avec une femme blanche. Des abeilles du passé envahissent sa bouche avant qu’il ne torture celui qui l’a invoqué. Le film a eu deux suites.

Selon une certaine légende urbaine, on l’appelait Daniel Robbitayle. Il était originaire de la Nouvelle-Orléans.

C’était un esclave ayant vécu la traite négrière. Daniel Robbitayle était tombé amoureux d’une femme blanche, et avais eu des rapports sexuels avec elle, ce qui n’était pas permis à cette époque, et tous les blancs de la région décidèrent de le lui faire payer. L’esclave reçut pleins de coups et fut torturer.

Ils lui coupèrent la mains droite et lui mirent un crochet à la place, ensuite, ses bourreaux faisaient couler de l’eau très sucrée sur son visage et lui donnèrent le surnom de Candyman. Les blancs rigolaient très fort. Ensuite, ils lâchèrent des abeilles par milliers qui affolées et attirées par le sucre, le piquèrent. Il se traîna longtemps en hurlant le nom de sa bien aimée qui l’avait rejoint. Elle avait un miroir qu’il toucha avant de succomber à ses blessures et aux venins des abeilles. Son âme passa dans le miroir que tenait sa bien aimée. Elle conserva ce miroir possédé jusqu’à sa mort.

Dès ce moment, quiconque prononçait le nom de CandyMan 5 fois devant un miroir, le ramenait à la vie et se faisait torturer par lui et son crochet jusqu’à y perdre tous son sang de façon horrible.

Candyman sorti en 1992 a soulevé de nombreuses controverses mais reste un film qui malgré ses horreurs montrent les difficultés d’intégrations des minorités aux Etats-Unis.

Jordan Peel qui vient juste de signer Us avec Lupita N’yongo prépare dans le même registre le nouveau Candyman. Espérons qu’il remportera le même succès que la version des annes 1990. Son succès mondial a permis au réalisateur de faire plus de 25 792 000 de dollars  au box-office.

Le dernier Candyman devrait sortir le 12 juin 2020.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesDeadline

Festival Panafricain : Elle a vaincu son handicap, déterminée et passionnée des médias, Touria Salhi est une présentatrice influente en Europe

Le panafricanisme n’est pas exclusivement réservé aux ressortissants d’Afrique noire, Touria Salhi en est la preuve.

Ouverture du Festival du Film Panafricain, mercredi 17 avril 2019

Au dernier Festival International du Film Panafricain, la marocaine a brillé aux côtés de deux autres présentateurs, Maklor Babutulua et Soémy Nougay. L’occasion de connaître cette femme qui malgré son handicap a réussi un nouveau challenge, séduire et capter l’attention d’un public de cinéphile venu à Cannes pour la 16ème édition du FIFP.

Au micro, le fondateur du FIFP, Basile Nguangue Ebelle

Souriante serait l’un des seuls adjectifs qui pourraient être attribués à Touria Salhi tant la marocaine illuminait les podiums du Festival 2019. Tantôt présentatrice de Gala ou animatrice de débats, Touria a su montrer le meilleur d’elle-même durant les cinq jours de l’événement. De visiteuse en 2018, année qui marquait les 15 ans d’existence du Festival du Cinéma Panafricain de Cannes, celle qui vit depuis sa petite enfance en Belgique a su convaincre Basile Nguangue Ebelle de lui confier les rênes de ce festival qu’elle découvrait pour la seconde fois. Un Festival dont le fondateur Basile Nguangue Ebelle a pour mission de «valoriser le cinéma, les artistes et les entrepreneurs d’origine africaine ».

Maklor Babutulua et Touria Salhi avant le Gala de charité à l’hôtel Martinez

Créer des synergies, réfléchir ensemble sur les problématiques que rencontrent ces personnes de la diaspora, échanger autour de valeurs communes, ce sont là les objectifs du Festival qui sont aussi ceux de Touria Sahli. Membre du Comité Africa Belgium auprès de la présidente Jeanne Cremer, elle est active dans cette organisation de puis six ans. Partenaire du FIFP (Festival du Film Panafricain), l’association belge se veut d’innover en ouvrant le concours de beauté à toutes les filles d’origine africaine, les subsahariennes comme les jeunes d’Afrique du Nord.

Hôtel Martinez à Cannes, Samedi 20 avril 2019

Mais Touria Salhi, a d’autres cordes à son arc. Depuis 10 ans, Touria Salhi fait partie de l’Association Safari des Anges qui vient en aide aux enfants défavorisés en Belgique et en Afrique. L’institution a comme projet à court terme de construire une école pour enfants aveugles et malvoyants en Afrique, un handicap qui touche particulièrement la présentatrice qui se confie rarement sur cette gêne oculaire.

Touria Salhi et Maklor Babutulua

Si sa coquetterie dans l’œil n’est pas visible Touria Salhi qui a subi de nombreuses interventions est pourtant une miraculée. Son handicap, elle l’assume aujourd’hui tout en se défendant d’être une charge dans cette société où être différent est encore une difficulté  : « Nous ne sommes pas un handicap, une maladie ou une différence physique qui ne rentre pas dans les normes. Un être doit être vu, avant tout, comme quelqu’un qui peut apporter une contribution au monde qui l’entoure » précise fermement Touria.

Nolda DI Massamba (Jury), Soémy Nougaille (co-présentatrice) et la presse

Les douleurs, elle les a affrontées dès les premières années : « J’ai eu une vue très faible et je devais même recopier les notes quand je ne voyais pas au tableau. » Après l’adolescence, une hémorragie ne lui laisse qu’un œil dont la vue faible est corrigée à l’aide d’une lentille. Cette volonté d’être pareille à ses copines, lui a permis « Même si c’était difficile au début » de faire des études de Communication et de Relations publiques. Depuis 15 ans, Touria travaille comme Chargée de Communication en Belgique où elle réside depuis l’age de 3 ans.

Défilé de mode, créatrice Antoinette Afoutou

« Etudiante, je me disais qui voudrait d’une présentatrice qui a un handicap en plein visage ? », complexée elle rêve pourtant de «  faire de la télévision ».  Touria Salhi s’interroge. Son salut vient de la radio : « Là au moins personne ne pouvait me voir ! Mais à mon grand étonnement on voulait me voir ! ». Sollicitée en Belgique, Touria commence une carrière de présentatrice et la jeune chargée de communication devient modératrice de débats et de conférences. dans le même temps elle se lance dans la présentation d’événements culturels en Belgique.

« En me faisant confiance, tous ceux qui m’ont sollicitée ont décuplé ma passion des médias et je me rends compte que cela m’apporte beaucoup de bonheur de rencontrer tous ces gens. Je me redécouvre et m’aime » explique Touria Salhi qui, aujourd’hui participe au Festival Panafricain de Cannes.

« Juste époustouflant ! ». Du mercredi 17 avril au dimanche 21 avril 2019, Touria Salhi immergée dans le monde du cinéma a vécu de grands moments d’émotions et pris conscience des difficultés que rencontrent les cinéastes panafricains. « Je souhaitais montrer le parcours des réalisateurs, qui souvent ont peu de moyens pour produire leur film. Ils nous ont expliqués qu’il n’était pas nécessaire d’attendre des finances pour exister dans cette grande industrie » souligne la co-présentatrice du FIFP.

Débats avec les réalisateurs et comédiens, animation de salle, Touria Salhi co-équipière se synchronisait avec ses partenaires qui eux assuraient les interviews des intervenants, des invités et des cinéastes.

Cinq jours de Festival où sa détermination et son envie de communiquer ont de nouveau permis à la marocaine Touria Salhi de s’élever un peu plus dans un monde où tout peut être possible : « J’aimerais essayer d’épargner à de nombreuses personnes de rester enfermées derrière leur complexe » conclut la co-présentatrice du 16ème Festival International du Cinéma Panafricain.

Propos recueillis par Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Crédit photos C’news Actus Dothy – Maklor Babutulua – Touria Salhi