Née au Soudan, élevée dans un camp, Adut Akech est le mannequin le plus demandé dans la mode

L’histoire d’Adut Akech est extraordinaire.

Née au Soudan du Sud, elle devient une enfant réfugiée et passe les huit premières années de sa vie dans le camp de réfugiés de Kakuma au Kenya. Ensuite elle migre avec ses parents en Australie.

Aujourd’hui, Adut Akech est l’un des modèles les plus demandés dans la mode. Elle défile régulièrement pour des marques telles que Chanel, Valentino et Givenchy et fait la Une des couvertures de magazines de Mode les plus prestigieux.

A l’occasion d’un reportage sur CNN Style elle avouait en février 2019 : « Je ne me souviens pas beaucoup de mes premières années, mais certains souvenirs vifs persistent: la chaleur torride mais toujours réconfortante du soleil africain, la riche couleur brune de la terre kenyane, des adultes issus de milieux différents du mien aidant les autres avec leurs besoins quotidiens. Les rires insouciants et les mains qui caressent les enfants comme moi, qui ne cessent jamais alors de danser dans nos propres petits univers. »

Dans ce reportage qui avait pour thème la famille, Adut Akech racontait son expérience avant de devenir le Top Model de haut niveau qu’elle est aujourd’hui. C’était sa vie au camp de réfugiés de Kakuma au Kenya, où elle aura passé huit ans.

« Là, j’ai non seulement développé des liens étroits avec mes parents les plus proches – ma mère et mes frères et sœurs – mais j’avais également un groupe plus important de personnes avec qui communiquer quotidiennement. Ils ont partagé mes expériences ou ont fait preuve d’empathie pour moi, et alors que je parcourais les terrains du camp jour après jour, je me souviens avoir « rencontré » beaucoup de sourires»

Le mannequin décrit ce qu’est pour elle le mot famille avec les valeurs qu’il accompagne. Star internationale, elle se déplace de New York à Paris et ne sent sent jamais seule et isolée même durant les périodes les plus stressantes : «Mes amis Adot Gak et Aicha Bassoum, ainsi que ma manager new-yorkaise Cheri Bowen représentent des gens de ma vie qui me veulent dans la leur, qui m’acceptent sans condition comme le ferait un membre de la famille. Lorsque le travail devient stressant ou lorsque les voyages deviennent solitaires, je sais qu’il y aura des voix de l’autre côté du téléphone qui m’encourageront. Ils me rappellent que la famille est un système de soutien, composé de bras solides qui remontent le moral.»

Adut Akech est une jeune femme exceptionnelle.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actu Dothy
Source CNNStyle – Images Facebook Instagram/AfriTopca

L’antillaise, Corinne Jean-Marie rejoint la Droite avec « Le changement pour Bezons »

Plus que jamais les élections municipales de mars 2020 redistribuent les cartes et ce sont de nouvelles alliances assumées que les citoyens issus des partis de Gauche ou de Droite révèlent au grand public. Plus de clivage, plus de cloisonnement, les militants qui résident dans l’Hexagone, n’ont qu’une priorité se faire entendre et participer activement à la vie de leur commune.

« Mes attentes sont d’abord, un changement de majorité sur la commune de Bezons pour que mon fils grandisse harmonieusement dans cette commune. Je veux un meilleur environnement pour lui et tous les autres enfants, être confiante, sans me soucier qu’il ne tombe dans la délinquance. J’ai envie de retrouver une convivialité intergénérationnelle, une politique interculturelle, celle qui m’a permis de grandir dans la tolérance et qui a marqué mon enfance ». Dans cette phrase Corinne Jean-Marie détaille son engagement futur pour la ville de Bezons et fait dans le même temps le bilan d’une gestion non maîtrisée de cette commune de Bezons qui l’a accueillie, il y a treize ans. C’est également un lourd constat d’échec de Dominique Lesparre (PCF), le maire sortant. Les idéaux progressistes et d’égalité, la critique de l’ordre social et le souci d’une plus grande justice sociale ne sont plus les valeurs de la Gauche traditionnelle : «Je n’étais plus en phase avec une Gauche locale divisée ou les égos des uns et des autres priment sur le collectif. Je n’étais plus en phase avec eux et par ailleurs, les résultats et les attentes des bezonnais ne sont toujours pas au rendez-vous ».

En conséquences, Corinne Jean-Marie originaire de la Martinique et de la Guadeloupe, jette l’éponge et celle qui a toujours milité auprès de son père au Parti Socialiste, se découvre des liens avec le candidat Marc Roullier. Proviseur à Saint-Ouen-l’Aumône et ex-principal du collège Gabriel-Péri de Bezons. Marc Roullier, sympathisant LR, est le seul candidat de droite à se présenter face au candidat Dominique Lesparre (PCF) qui brigue un quatrième mandat et qui fait face à deux autres listes de gauche, Marjorie Noël (PCF) et Nessrine Menhaouara (PS).

Si Marc Roullier, nouveau venu en politique n’a jamais participé à une élection, Corinne Jean-Marie native parisienne est une militante née : « J’ai bercé depuis toujours dans l’univers associatif ultramarine dans l’Hexagone grâce à mon père militant politique du PS qui m’a appris l’écoute et le sens de l’engagement ».

Corinne Jean-Marie dans une salle de travail à l’Assemblée Nationale (C’news Actus Dothy)

Et Corinne Jean-Marie n’est pas en reste, ce rapprochement Gauche-Droit porte déjà ces fruits avoue la jeune mère de famille : « J’ai eu la possibilité comme le reste de la liste, de participer à l’élaboration du programme  –Le Changement pour Bezons– On a pu remonter les attentes urgentes des bezonnais (es) et ceux des nouveaux arrivants dans la ville. Cette nouvelle configuration venant des citoyens m’a plu, c’est tout naturellement que je me suis investie avec la liste divers Droite ».

Les priorités des habitants, Corinne Jean-Marie peut les énumérer, elle réside depuis une dizaine d’année dans cette commune du département du Val-D’Oise. Intégrée dans la communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine (les Hauts-de-Seine et les Yvelines), tout en restant dans le Val-D’Oise, Marc Roullier, interrogé par le Parisien en septembre dernier, estime que pour sa commune : « Le grand sujet, c’est de repenser l’urbanisme, car c’est plein d’erreurs. On subit un urbanisme idéologique, soutient-il. On veut davantage d’espaces verts, retrouver les berges… » 

Paris, Assemblée Nationale

En adéquation aux souhaits du candidat Marc Rollier, Corinne Jean-Marie insiste : « Nous avons un programme réaliste pour la ville et ses habitants, axé sur la famille, l’urbanisme écologique et une gestion équilibrée. Pour y arriver cela passe par un renouveau de la pratique de la politique locale et d’une équipe issue de la société civile composée de personnalités diverses et intergénérationnelles. Mais je suis consciente que notre réussite passera par le suffrage universel direct des bezonnais (es)».

Sur les marchés, lieux de prédilections pour tester toutes campagnes municipales, Corinne Jean-Marie, femme ultramarine n’a aucune crainte : « Ma spécificité d’ultramarine est un avantage car depuis bien longtemps, j’ai le modèle du vivre ensemble à l’image de nos Outremer et de leurs histoires. Pour ma part, c’est ce modèle que je souhaite mettre en évidence au sein de la nouvelle municipalité par la mise en place de commémorations, d’événements culturels. Je voudrais renforcer le jumelage entre les associations de la ville et des communes des Outremer, d’Europe et d’Afrique ».

Corinne Jean-Marie, liste de Marc Roullier aux municipales 2020 à Bezons

Les mésaventures de Steevy Gustave, candidat martiniquais victime de propos racistes à Brétigny-sur-Orge en janvier dernier, ne la freine pas et l’antillaise répond sans ciller : « Je suis avant tout un être humain. Il va falloir faire avec mon moi une -Afro-caribéenne- française qui est fière de l’histoire de ses ancêtres. Je revendiquerai toujours mon identité d’ultramarine ».

Quant à ses détracteurs, anciens militants du PS, Corinne Jean-Marie ne fait pas dans la dentelle et fustige : « La Gauche locale crie à la trahison mais moi je leur dis que je ne peux pas cautionner une politique communautaire cultuelle à outrance orchestrée par l’ensemble de la municipalité sortante. Cette façon de faire de la politique est au détriment des autres bezonnais qui sont considérés comme invisibles et qui ne votent pas. Ce sentiment est ressenti par beaucoup d’habitants. »

Dans une liste soucieuse de l’équité et de la parité, Corinne Jean-Marie rassure avec son dynamisme et ses convictions. Confiante, la jeune militante conclut : « Je suis pour le vivre ensemble en respectant l’histoire de chacun. Je ne renie rien, j’avance tout simplement dans le respect des valeurs républicaines. »

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy

Comme Naomi Campbell, Olivia Anakwe regrette que les coiffeurs noirs soient absents des grands défilés de mode

On se souvient qu’en avril 2019, Olivia Anakwe, mannequin nigérian-américain se plaignait d’être souvent seule en backstage pour sa mise en beauté. Aujourd’hui, la jeune fille rappelle les déconvenues des top modèles qui peinent en coulisses à trouver des coiffeurs qualifiés et compétents.   Une légère accalmie tout de même mais son constat reste sévère tout comme celui de son aînée Naomi Campbell.

Olivia Anakwe, Top model est étudiante, bénévole et animatrice de dîners. La jeune femme de 22 ans termine actuellement sa dernière année à l’Université Pace, où elle étudie la psychologie dans le but de devenir dermatologue. Par ailleurs, Olivia Anakwe a signé chez Elite Models et a participé à 40 shows, notamment pour Miu Miu, Thom Browne, Jacquemus, Marc Jacobs et Kate Spade. Top Modèle mais aussi bénévole, Olivia Anakwe est membre de Edible Schoolyard, un organisme à but non lucratif à New York qui se concentre sur la littératie alimentaire.

Même si elle admirait Naomi Campbell, Olivia Anakwe n’était pas une grande fan de mode. Sa carrière de mannequin est un pur hasard. Il y a trois ans, Olivia visitait la ville de New York et tandis qu’elle qu’elle mangeait à Westville avec sa famille, son futur agent, Marina Fairfax, l’a interpellée, lui demandant si elle avait pensé un jour devenir mannequin.

Afin de pouvoir jongler avec sa nouvelle carrière de mannequin et ses études, Olivia Anakwe est transférée de l’Université de Pittsburgh, où elle étudiait, à Pace. Depuis cette fameuse rencontre, le top model a parcouru les podiums de Paris à la Fashion Week de New York, tourné pour Harper’s Bazaar, Vogue et Allure, et joué dans une campagne Miu Miu tout en suivant ses cours tôt le matin ou tard le soir ou encore en ligne dans l’objectif d’atteindre son rêve, celui de devenir dermatologue.

En 2019, Olivia Anakwe a chahuté des coiffeurs qui ne pouvaient pas peigner les cheveux crépus ou texturés, décrivant sa propre expérience lors de la Fashion Week de Paris. A ce défilé, la jeune fille notait que seule, une manucure, une nail artist dans les coulisses d’un défilé de mode, était disponible pour lui tresser les cheveux. Une mauvaise expérience pour l’américo-nigeriane qui aussitôt a lance cet impérieux conseil à ses pairs :  «Quelle que soit la taille de votre équipe, assurez-vous d’avoir une personne compétente pour les soins des cheveux texturé afro ou embauchez simplement un coiffeur noir» a écrit Olivia sur un post publié sur Instagarm.

Comme le fait remarquer certains médias de mode, cette histoire n’est pas inédite. En 2016, la mannequin Naomi Campbell déclarait à Teen Vogue des situations similaires quand elle a commencé à défiler: «Il est décevant d’entendre que les modèles de couleurs rencontrent toujours ces mêmes problèmes toutes ces années plus tard.» D’autres mannequins ont également dénoncé le problème des cheveux noirs dans l’industrie de la mode, partageant leurs propres histoires et alertant sur la nécessité d’apporter ses propres produits, de trouver un autre mannequin pour s’entre-aider, ou au pire de garder les cheveux complètement naturels.

L’agacement d’Olivia s’est manifesté quand un mannequin allemand dans les coulisses s’est vexé qu’un coiffeur refuse de la coiffer. Olivia Anakwe voulait s’assurer que tout le monde était au courant de ce qui se passait et comment était traité les mannequins noirs. Le Top a donc publié un long message sur son compte Instagram :«Il était très important pour moi de ne pas seulement aborder le sujet avec colère mais de se demander ce que nous pourrons faire  pour améliorer les choses» précise la nigeriane dans la presse.

Olivia Anakwe n’a aucun moment  été inquiète des réactions violentes après s’être exprimée sur la question. «Il est toujours important d’exprimer votre opinion si vous êtes dans une situation inconfortable, exprimez-vous» estime le mannequin. «Je pense que le fait de devenir mannequin alors que j’étais plus âgée, à 18 ans, cela m’a permis d’avoir cette voix et cette volonté pour que je puisse parler suite à une situation qui me mettait mal à l’aise.»

Plusieurs médias ont relayé sa colère devenue virale sur la Toile en avril 2019 et les langues se sont déliées. Les acteurs noirs ont commencé à partager leurs expériences. Mais la réponse la plus surprenante, c’est celle-là :  «Un coiffeur m’a contacté pour me dire qu’il allait commencer à offrir des cours pour que les gens apprennent davantage sur les produits capillaires adaptés aux cheveux afro», explique Olivia. «Un autre Top m’a approchée pour obtenir une liste des produits capillaires afro qu’il faudrait avoir dans les coulisses.» Depuis, Olivia Anakwe, assure qu’elle a pu travailler avec des coiffeurs connaissant mieux les cheveux des personnes Noires.

Cette publication virale date de presque un an et Olivia Anakwe se prépare aujourd’hui à concrétiser ses rêves d’étudiante. En mai prochain, elle obtiendra son diplôme de l’Université Pace. Avocate et bénévole pour Edible Schoolyard, elle a aidé l’organisation à but non lucratif à collecter plus de 20 000 dollars. En décembre 2019, elle s’est rendue à Lagos, au Nigéria, pour aider le programme d’alphabétisation alimentaire :  Lagos Food Bank Initiative. Olivia Anakwe projette d’y retourner cette année pour poursuivre son aide humanitaire.

Dorothée Audibert-Champenois/Source teen Vogue Facebook Twitter Instagram C’news actus Dothy
Images Kim Weston Arnold / Indigital.tv:/Facebook/  Jacq Harriet:

Le guadeloupéen Antony Etelbert explique son alliance à Cédric Villani, candidat libre, ex-ministre d’Emmanuel Macron

« Je suis ouvert, je suis à l’écoute, je suis sur le terrain ».

Cédric Villani, candidat à la mairie de Paris pour les prochaines élections municipales de mars prochain était en campagne, toute la matinée de dimanche 16 février, sur le marché de la Place des Fêtes dans le 19ème arrondissement de la capitale. Avec en tête de liste dans ce secteur, Paula Forteza, le guadeloupéen Antony Etelbert battait campagne auprès de l’équipe de Cédric Villani, chaleureusement appelé «le mathématicien» par de nombreux forains présents sur la place du marché, à la sortie du métro Place des Fêtes. L’occasion de rencontrer, un jour de marché, l’un des rares ultramarins inscrits sur les listes des candidats briguant les 20 municipalités parisiennes.

Antony Etelbert étant lui-même dissident du Partie Socialiste dans lequel il a très longtemps milité, explique les raisons de sa récente alliance avec Cédric Villani, lui,  étant toujours député LREM à l’Assemblée nationale, le parti présidentiel qui a amené Emmanuel Macron au pouvoir. Français mais surtout ressortissant des Outremer, l’antillais Antony Etelbert s’est attaché à répondre à de nombreuses questions que le public des outremer se posent. En quoi se positionner sur une liste d’un dissident d’Emmanuel Macron peut être bénéfique aux milliers d’ultramarins qui vivent à Paris?

Tout d’abord, il s’agit pour Antony Etelbert de faire entendre les légitimes revendications de ces compatriotes et selon lui, Cédric Villani est apte à le faire, c’est lui qui a tenu à inviter les ultramarins à se joindre à lui. Sans clivage à gauche ni à droite, le programme de Cédric Villani et de son équipe avec Paula Forteza en tête de liste dans le 19ème arrondissement s’attelle à défendre un programme d’Alternance à Paris : « Cédric Villani a cette particularité d’être pas enfermé dans une logique de parti ».

 

Et Antony Etelbert qui vit dans le 19ème arrondissement espérait ce renouvellement et le souhaitait. Le programme de Cédric Villani basé sur les valeurs du Progressisme, de l’Ecologie et de la Démocratie permettrait au guadeloupéen Antony Etelbert de faire avancer bien des dossiers spécifiques notamment aux devoirs de mémoires et à de multiples questions liées à la santé, à l’économie en Outremer mais surtout aux nombreuses revendications des citoyens français des Outremer qui travaillent et résident dans le bassin parisien.

Dimanche 16 février, Cédric Villani battait campagne dans le 19ème arrondissement, son mot d’ordre à son équipe et aux journalistes présents :
La politique ce n’est pas chercher le moyen attaquer les uns ou les autres, la politique c’est être au contact des citoyens, répondre à leurs questions, écouter ce qu’ils ont à dire. Antony Etelbert explique ce qui l’a séduit chez ce brillant mathématicien, se présentant face à la maire sortante de Paris, Anne Hidalgo :

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy


Images et Vidéos C’news Actus Dothy

Michelle Obama et Beyoncé sont ses clientes, Felisha Noel créatrice de mode est originaire de la Grenade

Felisha Noel n’en revenait pas, quand en décembre dernier, Jay Z le mari de Beyoncé la tague sur un post Intagram. Beyoncé portait ce jour-là, pour fêter les 49 ans du chanteur-producteur, une pièce de la collection Fe Noel de 2017.  La créatrice de mode de 32 ans a failli tomber de sa chaise. Elle racontait cette anecdote dans le journal The New York Post. Une fin d’année qui se termine bien pour Felisha Noel, une année 2019 qui a son apothéose à la Fashion Week de New York.

Toutes ses créations révèlent son origine, s’inspire de sa culture et de l’histoire compliquée des afrodescendants et de leurs ancêtres, comme un hommage à leur mémoire.  Avant tout Felisha Nol décrit la beauté de la femme quand elle crée et invente ses collections. Chacune de ses créations fluides et joliment imprimées est créée dans son studio Crown Heights, situé au sous-sol du bâtiment en briques jaunes à trois étages qui appartient à sa mère Sonia.

Née à Brooklyn, Felisha Noel qui a un fils de 2 ans, aime la mode depuis qu’elle est toute petite. Son histoire prend forme quand sa maman Sonia ancienne assistante administrative chez un fabricant de vêtements apportait fréquemment des échantillons de tissu à la maison pour Noel qui ne se lassait de jouer avec les chutes de tissu.

A 19 ans, en 2006, elle cofonde une boutique de streetwear, The Wagon à Crown Heights dans laquelle elle propose aux clients un mélange de pièces vintage haut de gamme à partir de ses propres créations originales de Noel. Une période difficile pour la créatrice en herbe : «les temps étaient durs. J’avais 19 ans, et mon partenaire commercial et moi étions vraiment en train de démarrer, comme vendre quelque chose, payer le genre de facture légère. C’était super stressant. »

Elle ferme en 2011 et toujours déterminée, Felisha Noel ouvre une boutique en ligne et lance la ligne «Simply Intricate by Fe Noel». Elle vend un ensemble de deux pièces moulant porté par le chanteur Jordin Sparks aux Teen Choice Awards 2014. Tout démarre, «C’était la première fois que je commençais à gagner de l’argent» avoue la caribéenne. L’ensemble se vend comme des petits pains.

Mais c’est son somptueux flux Instagram qui la relance vraiment. Elle invente des baskets et des maillots glamour pour femme pour la collection Nike de Lebron James en 2018. Puis, cerise sur le gâteau, sa carrière se propulse et va atteindre un sommet inimaginable : Michelle Obama portait un pantalon Fe Noel orange vif et monochrome choisi pour la promotion de ses mémoires, «Becoming». « Je ne peux même pas vous décrire le sentiment que j’ai eu de la voir traverser la scène », dit Noel à propos de la séquence, ajoutant que même si le styliste d’Obama avait demandé le look, elle ne savait pas si, ni quand, l’ancien premier la dame le porterait.

Avec force et talent Felisha Noel s’est imposée dans le monde de la mode et son succès est planétaire, dépasse l’espace antillais. La marque Fe Noel est portée avec élégance par les grandes Dames américaines.

Felisha Noel, la créatrice de Brooklyn, originaire de la Grenade, une petite île de l’Archipel antillais, a eu la bonne idée d’introduire les couleurs de sa région lors de son premier défilé à la Fashion Week de New York 2020. Plus qu’un défilé c’est un vrai spectacle que la jeune designer a proposé à son public new yorkais.

Des bruits des vagues de l’océan et des palmiers et des plages défilaient sur de grands écrans pendant que les mannequins de la créatrice bougeaient sur le catwalk. Le spectacle a commencé avec un court-métrage qui présentait sa collection «Fille du sol» et montrait au public ce à quoi ressemble la tradition grenadienne. Felisha Noel s’explique sur on compte Instagram : « Dans cette vidéo, nous utilisons la culture #JabJab comme expression artistique et comme métaphore pour représenter la liberté et la lutte. Tout ce que nous endurons pour atteindre notre MOI ». « C’est ce combat qui nous permet de découvrir ce dont nous sommes capables et la beauté qui est en nous. »

Jab Jab fait partie de la tradition J’ouvert, où à la Grenade, une partie de la tradition consiste à maculer de la peinture, de la boue ou de l’huile sur le corps des participants appelés « Jab Jabs » (patois), ou «Diable Diable» en français.

Les coiffures pour le spectacle ont été aussi soigneusement conçues que les vêtements. Certains modèles ont enfilé leurs raccourcis naturels, tandis que d’autres ont basculé deux longs cornrows droits ou « tresses », également appelées canerows dans les Caraïbes. Qui fait dire à Naeemah Lafond, la coiffeuse du show, que le style «tresse à pointes» était «né sur la plage de la Grenade l’année dernière».

Depuis le pantalon large Fe Noel orné de rayures colorées aux ensembles coordonnés à carreaux et des robes en soie romantiques, toute la collection était était réalisée avec Art. Coloré, féminin et expressif, les robes de la collection étaient vibrantes, avec des motifs imprimés qui vous donnaient l’envie de visiter les îles de la région Caraïbe. « Il y avait des tissus transparents rêveurs, des plaids menthe et des rouges vibrants qui rendaient tous hommage aux racines de Noel. Juste en voyant les vêtements et son savoir-faire, vous pouviez sentir à quel point elle était fière de son ascendance à travers les dessins » sont en résumé les critiques et les commentaires sur le premier défilé en public de Fe Noel.

Même si la caribéenne faisait là son premier show, elle n’est pas à son premier coup de maître. Avec sa marque Fe Noel, la jeune styliste s’est déjà fait connaître dans l’industrie de la mode en décrochant des ventes inédites. Fe Noel qui a déjà réalisé des collections en collaboration avec la Fashion Row de Harlem (HFR) pendant la Fashion Week a comme clientes des personnalités comme Beyoncé ou Michelle Obama.

Beyonce (portant une tenue de Fe Noel) et Jay Z

Fondée par Brandice Daniel, originaire de Memphis, Harlem’s Fashion Row (HFR) est une organisation qui fournit une plate-forme et un support aux designers noirs, les aidant à établir des connexions qui pourraient soutenir leurs entreprises.

« Daughter of the Soil est un hommage à devenir votre MOI, à montrer mon authenticité, celle qui rend les ancêtres fiers. C’était un film effrayant à regarder, mais il a donné le ton du spectacle, et tout le monde savait dès le départ que nous étions pour une célébration de la culture grenadienne » a déclaré Felisha Noel.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Instagram

Oscars : Spike Lee a rendu un vibrant hommage à Kobe Bryant, oscarisé en 2018 pour un court-métrage

Comme à la cérémonie de la 73ème cérémonie des Baftas British Awards, Joaquin Phoenix a de nouveau profité de sa nouvelle distinction pour fustiger l’industrie du Cinéma peu regardante sur la qualité des acteurs, techniciens, réalisateurs ou production des minorités au cinéma.

Le Dolby Theatre su le Boulevard The Walk of Fame à Hollywood – Lieu de la cérémonie des Oscars

Ce dimanche 9 février 2020, l’acteur d’origine porto ricaine a été récompensé de l’Oscar du meilleur acteur pour sa performance dans le film Joker du réalisateur Todd Phillips. Il également ,entre autres, rendu un vibrant hommage à son frère disparu River Phoenix. Et la soirée s’est poursuivi avec les souvenirs d’acteurs décédés trop tôt comme Kobe Bryant et sa fille Gianna, morts dans une crash d’hélicoptère avec 7 autres partenaires sportifs.

Spike Lee en Kobe Bryant

Comme le veut la tradition, la remise des Oscars permet également d’honorer la mémoire de tous disparus qui ont participé aux activités cinématographiques durant l’année précédente ou en cours. Lors de la séquence d’hommages, In Memoriam, Spike Lee, prochain président du Jury au Festival de Cannes, a quant à lui, parlé du Basketteur Kobe Bryant, mort il y a une semaine dans un crash de son propre hélicoptère. Basketteur, il faisait aussi partie du monde du cinéma hollywoodien. En mars 2018, le quintuple champion NBA recevait l’Oscar du meilleur court-métrage d’animation pour Dear Baskett. Un court film dans lequel il se mettait en scène en racontant son amour pour sa discipline.

Mais cette traditionnelle séquence d’hommages a laissé plus d’un sur leur fin, reprochant à l’Académie de n’avoir pas pensé à d’autres célèbres comédiens du cinéma américains. Ainsi, dans un Tweet Brad Pitt comme beaucoup d’internautes, se désolent que le nom de l’acteur Luke Perry, mort d’un AVC en mars 2019, n’est pas été mentionné ni celui de Cameron Boyce. Mort en juillet dernier à l’age de 20 ans, l’acteur s’était fait connaître sur la chaîne Disney.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
ImagesNew York Post/Yahoo/C’news Actus Dothy Hollywood Pics

Le cacao de Martinique se porte bien, le chocolat « Cœur des Îles » est 100% martiniquais

Janine Salomon Ozier-Lafontaine arbore un sourire de satisfaction pour son chocolat de communion et observe les clients qui nombreux viennent goûter à son chocolat traditionnel. Cette année encore l’antillaise est présente au Salon de la Gastronomie dédié aux saveurs et aux senteurs ultramarines. Dans son panier 2020 Janine Salomon a accommodé son chocolat de liqueurs de toute sorte et à quelques pas, c’est la pâtisserie Surena qui propose le fameux pain-au beurre antillais qui habituellement accompagne le chocolat martiniquais. Mais c’est le parfum du chocolat traditionnel qui attire les clients dans le Pavillon Martinique. Un chocolat 100% martiniquais, affirme la cheffe d’entreprise, prix de l’innovation en 2018 dans ce même Salon de la Gastronomie des Outremer et de la Francophonie qui se tient à la Porte de Versailles à Paris.

Une aubaine pour la cheffe d’Entreprise martiniquaise qui expose l’un des meilleurs  produits faits à base de cacao martiniquais. Après avoir disparu pendant plusieurs siècles, la culture du cacao de la Martinique est relancée comme le confirme le Ministère de L’Agriculture et de L’Alimentation.

Fruit de la cabosse, le cacao comme le café et le coton est découvert aux Antilles en 1655, cinq ans plus tard, le portugais Benjamin Dacosta teste la 1ère plantation de cacaoyers en Martinique. Puis dans la première moitié du 19ème siècle, le cacao est oublié, il n’est plus exporté jusqu’à récemment quand des entrepreneurs martiniquais décident de le faire renaître.

Résultat, depuis 2017, les fèves de cacao de l’Association Valcaco ont été répertoriées parmi les 18 meilleures mondiales au concours des International Cocoa Awards au Salon du Chocolat de Paris. Le cacao de Martinique retrouve sa noblesse, quand on lui découvre des propriétés exceptionnelles et les clients de Janine Salomon Ozier-Lafontaine le prouvent, eux qui, chaque année ne désertent jamais le stand de la martiniquaise. « La fève de cacao ultra-marine possède des caractéristiques propres avec des notes aromatiques spécifiques. De nombreux chocolatiers s’y intéressent » atteste Kora Konabé, la présidente de l’Association Valcaco.

Pour 2020, la filière devrait produire 2,5 tonnes de cacao sur 75 hectares estime la responsable de l’association Valcaco. « Nous avons réhabilité les cacaoyères, augmenté la surface plantée. De dix producteurs, l’association est passée à quarante en 2019  et les producteurs touchent 100% du prix de vente du cacao » précise la responsable sur le site officiel du Ministère de l’Alimentation et l’Agriculture.

Transformé, la fève du cacao devient un régal pour tous ceux qui savent le préparer. Mais si tout le monde en raffole,
le chocolat traditionnel martiniquais reste difficile à réaliser. Janine Salomon Ozier-Lafontaine a trouvé la recette idéale, « facile et simple» à la portée de tous, le secret de fabrication bien gardé, la martiniquaise a créé « Cœur des Îles » qu’elle commercialise aux Antilles et dans l’Hexagone. Depuis une semaine, l’exposante retourné sur son île natale en laissant une part de son chocolat traditionnel.

Plusieurs points de ventes existent à Paris et en province. Mais ce chocolat de communion associé indispensablement à un bon pain au beurre, reste à le trouver.

 Max Crispin, pâtisserie Surena

Ce pain tressé ou natté qui se mange dans les grandes occasions est aussi vendu à la pâtisserie Surena dans le 20ème arrondissement au Tropique Marché à Saint-Ouen.  Une nouvelle fois au Salon de la Gastronomie des Outremer et de la Francophonie, la Martinique est sacré : «Terre de Goûts».

Janine Salomon Ozier-Lafontaine, lauréate du prix de l’innovation au 3ème Salon de la Gastronomie des Outremer :

Le site du Chocolat Antillais :  « Cœur des Îles »

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images et vidéo C’news Actus Dothy

Facebook : https://www.facebook.com/Madinina97231/

Site : https://antillesboxmail.wordpress.com/

 

Jérôme Bertin, gastronome guadeloupéen : «Notre devoir est de transmettre et de motiver les futurs chefs cuisiniers »

Quatre ans déjà que le guadeloupéen Jérôme Bertin est au Salon de la Gastronomie des Outremer et de la Francophonie et il est toujours volontaire pour aider les jeunes candidates, nombreux chaque année à concourir pour le trophée du meilleur cuisinier. Mais depuis qu’il a décidé d’être un gastronome, son objectif n’a pas changé, Jérôme Bertin n’a de cesse de valoriser la cuisine de ses ancêtres et de la porter au plus haut degré de la gastronomie française et internationale.

Ces outils pour atteindre sa mission sont simples : « C’est l’amour et la passion qui nous donne cette envie de transmettre aux autres. Il faut donner, quand on aime on donne énormément » laisse entendre le gastronome, membre de la prestigieuse association des Toques Françaises .

Dimanche 2 février 2020 dernier jour du concours, le gastronome explique en quelques mots cette passion qui l’habite : Redonner plus de noblesse à la cuisine antillaise, riche de ses plats fructueux et goûteux, la rehausser au niveau de la gastronomie qui privilégie la création, la beauté et l’esthétique.

Jérôme Bertin à l’espace Jury, dimanche 2 février 2020 : 

 

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy


Images et vidéos C’news Actus Dothy

5 conseils pour stopper définitivement le cycle infernal des dettes

Nous dépensons sans compter, parce que l’on a envie, parce que nous sommes dépressifs, pour être à la mode ou tout simplement pour se faire plaisir. Seulement ces actions répétées qui sollicitent nos portefeuilles ne sont pas sans conséquences sur le long terme. Certains sont enlisés dans cette spirale quand d’autres cherchent à tout prix à s’en sortir. Pour nous aider à sortir de ce gouffre, des experts en finance, des conseillers ou des coaches se rendent disponibles sur le Net.

De nombreux sites en ligne privilégient les échanges entre groupes d’individus, des forums où les internautes comparent leurs expériences et se motivent les uns les autres, le but se valoriser, retrouver de l’estime de soi, évoluer et trouver des solutions pour vivre mieux.  Aujourd’hui, un article paru sur l’un des sites de la communauté afro nous rappelle comment il peut être facile d’économiser en gommant nos vilaines habitudes. Personne n’est à l’abri d’un coup dur et sans économie ou des réserves substantielles la vie devient extrêmement compliquée. Pourquoi? Parce que nous dépensons souvent sans vraiment réfléchir, sans se raisonner, nous faisons des achats dits « compulsif ». Notre salaire n’est pas extensible et notre carte bancaire nous fait de frayeurs, seulement nous ne changeons pas nos habitudes, nous rectifions un peu les achats sans présager de l’avenir.

Avoir une carte bancaire n’est pas un luxe car chaque article facturé et payé crée une dette qui se creuse plus profondément à chaque utilisation.

1- Nos habitudes influencent trop nos actes :

Nous travaillons dur chaque jour et selon nous : « Nous méritons quelque chose de sympa comme récompense pour tous les efforts que nous avons déployés au travail. Et nous voulons l’obtenir par tous les moyens nécessaires. » . La réponse la plus adaptée dans ce cas c’est de se dire : «Aujourd’hui, il est temps de dire à notre égo de fermer la porte d’entrée et de se reposer».

2- Eviter les offres attractives sur Internet et dans les médias :
Ignorez les médias sociaux et la télévision qui en décryptant nos habitudes, nous laissent souvent penser que nous manquons de quelque chose. Grâce aux téléviseurs nous sommes saturés d’images nous annonçant que notre vie est fade, qu’elle devrait être plus plaisante, plus riche. Les réseaux sociaux nous mettent sous les yeux des profils de gens qui vantent leur bling-bling et tout ce qu’il y a de mieux dans leur vie.

Nous sortons, commandons et achetons certaines de ces choses à crédit pour se sentir mieux. Seulement, nous ne pouvons pas profiter de ce que nous avons acheté, car nous travaillons trop dur pour payer la facture que nous avons déjà créée.

3- Nos limites :
Nous devons prendre conscience que le montant de notre salaire doit être la première étape pour casser le cycle de la dette. La somme n’est pas vraiment élastique d’où la citation : «Ne pas tirer sur la corde»

4- Oubliez «physiquement» nos cartes de crédit :
Modifier notre réponse, de «crédit» à «débit», lorsqu’un caissier demande comment nous allons régler notre facture. Chaque fois que nous payons en espèces (ou effectuons une transaction par débit), nous faisons un pas de plus vers la lumière du jour. Dont acte, enlever du cash et payer en espèces. Tout simplement : Le paiement en espèces supprime la création de nouvelles dettes. En d’autres termes : Coupez les cartes de crédit, supprimez les numéros des sites d’achat en ligne et modifiez les services d’abonnement pour effectuer des paiements à partir des cartes de débit plutôt que des cartes de crédit.

5- Gagnez plus d’argent pour économiser :
Beaucoup d’articles comme celui-ci vous conseilleront de retirer de l’argent supplémentaire pour faire face aux dettes. Cependant, pour vraiment briser le cycle de la dette, nous devons également mettre de l’argent de côté pour se couvrir durant les «jours de pluie». L’utilisation de cet argent d’appoint à pour but de constituer un fonds d’urgence d’au moins six mois qui nous permettra de faire face à des dépenses imprévues avec le moins de dettes possible.

Ces conseils peuvent aider à briser ce qui nous pousse à nous endetter. En y réfléchissant, on se rend compte dans quelles mesures, tout ce que nous faisons est déterminé par nos comportements habituels, qu’on peut abolir.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram
ImagesLily-Like.com/FemmeActuelles
SourceBeauce

Kobe Bean Bryant : Barack Obama et le monde entier rendent hommages à « Black Mamba »

L’ex-star Kobe Bean Bryant est décédé à 41 ans dans un tragique accident d’hélicoptère au-dessus des collines de Calabasas, en Californie. Différents journaux de la Cité des Anges, où il résidait, lui rendent hommage ce lundi matin : « Pour les fans de Los Angeles Lakers  et de tous les habitants de LA, Kobe Bean Bryant a maintenant atteint la stature d’un dieu grec. » lit-on dans le magazine Celebrities.

« L’accident s’est produit peu avant 10 heures du matin près de Las Virgenes Road, au sud d’Agoura Road, selon un commandant du département du shérif du comté de Los Angeles ». L’avion qui s’est écrasé par temps brumeux a déclenché un feu de brousse et a rendu difficile l’accès à l’avion aux pompiers et au personnel d’urgence, a-t-il déclaré ». D’après la presse américaine, la situation était telle que « la police a laissé cloué au sol ses propres hélicoptères jusque dans l’après-midi ».

C’est le site d’actualité TMZ qui a le premier a annoncé l’accident. Plusieurs personnes se trouvaient à bord de l’hélicoptère accompagnant Gianna, la fille de Kobe Bean Bryant qui devait disputer un un tournoi de basket-ball dimanche à l’Académie Mamba Sports de Bryant à Thousand Oaks.

Kobe Bean Bryant, sa fille Gianna, John Altobelli, un entraîneur de base-ball et sa fille Alyssa, Christine Mauser, une autre adolescente et un parent, au total neuf personnes étaient en route pour l’Académie de Mamba pour un entraînement de basket-ball lorsque le crash s’est produit. Mamba Sports Academy de Newbury Park est à proximité de Thousand Oaks situé au Sud-Est du comté de Ventura en Californie. Les neuf personnes qui se trouvaient à bord de l’hélicoptère ont péri dans ce terrible crash ce dimanche 26 janvier 2020.

Avant, les contrôleurs aériens avaient autorisé le Sikorsky S-76 à se diriger vers le nord le long de l’Interstate 5 via Burbank avant de tourner vers l’ouest pour suivre la route américaine 101, la Ventura Highway. Peu après 9 h 40, l’hélicoptère a de nouveau tourné vers le sud-est et a grimpé à plus de 2000 pieds (609 mètres). Il est ensuite descendu et s’est écrasé sur la colline à environ 1400 pieds (426 mètres), selon les données de Flightradar24.

 

La nouvelle de la mort du célèbre basketteur a surpris et touché les fans du monde entier, le décès de « Black Mamba » a choqué au-delà du monde du sport. Célébrités, artistes, personnalités politiques ont tous décrit leur peine, comme ce post du rappeur américain Taylor Bennett.

Sur son compte Twitter Barack Obama a exprimé la tristesse des américains qui perdent un grand homme et un père de famille dévoué à sa famille : « Kobe était une légende sur le terrain et commençait tout juste ce qui aurait été tout aussi significatif un deuxième acte. Perdre Gianna est encore plus déchirant pour nous en tant que parents. Michelle et moi envoyons amour et prières à Vanessa et à toute la famille Bryant. C’est un jour impensable. »

Pour Les californiens, cette nouvelle est dévastatrice : « Les Grecs croyaient aux dieux mythiques, des êtres dont les pouvoirs surnaturels et l’immortalité les plaçaient au-dessus des simples mortels. Et pourtant, ces dieux grecs mythiques étaient également imparfaits, rendant leur mortalité et leur humanité applicables à ceux qui les adoraient. Il faut comprendre cela pour comprendre ce que Kobe Bean Bryant signifiait pour Los Angeles » explique un journaliste dans Essence Magazine.

Les Lakers de Los Angeles et Kobe Bean Bryant étaient le fil qui nous maintenait ensemble dans une ville divisée où vivent les habitants parsemés dans plus de mille quartiers et villes adjacentes, définis par la race, la classe, la culture et la langue, remarque un journaliste californien, effondré.

Kobe Bean Bryant était considéré comme l’un des meilleurs joueurs de l’histoire. Cinq fois champions avec la NBA, la superstar du basket-ball, également connue sous le nom de « Black Mamba »,  est décédée dimanche après-midi dans un accident d’hélicoptère avec plusieurs autres personnes dont sa fille Gianna Maria Onore dit « Gigi » à Calabasas, en Californie.

Kobe Bean Bryant a joué 20 ans à la NBA et était éligible pour rejoindre le Naismith Basketball Hall of Fame cette année.

Une équipe de 18 personnes a été dépêchée pour participer à l’enquête sur le crash qui a fait neuf victimes. « Nous examinerons les dossiers d’entretien de l’hélicoptère. Nous examinerons les dossiers du propriétaire et de l’exploitant de l’hélicoptère et d’autres choes » a précisé Jennifer Homendy du NTSB ( le Conseil national de la sécurité des transports). Le NTSB est une agence indépendante, responsable des enquêtes sur les accidents aéronautiques, routiers, maritimes, ferroviaires aux Etats-Unis.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Facebook/ROBERT BECK/Pinterest/Twitter